Monthly Archive 28/02/2019

Le boycott économique d’Israël par BDS

Contrairement à ce que d’aucuns pourraient penser, le collectif palestinien n’appelle pas au boycott des seuls produits fabriqués par des entreprises israéliennes dans des colonies implantées en Cisjordanie occupée mais demande aux consommateurs occidentaux de boycotter toutes les entreprises israéliennes et toutes les entreprises occidentales qui participent activement à l’économie israélienne.

« Seuls les produits des colonies sont illégaux, alors pourquoi boycotter tous les produits israéliens ? D’abord, les discriminations que nous dénonçons touchent également les Palestiniens à l’intérieur des frontières d’Israël. Ensuite, la résolution 194 de l’ONU stipule le respect et la mise en œuvre du droit au retour des réfugiés palestiniens dans leurs maisons, y compris à l’intérieur des frontières de 1948. Enfin, dans sa dimension coloniale, c’est bien l’Etat d’Israël, son armée et ses entreprises qui sont responsables et qui profitent économiquement de l’occupation de tousles territoires illégaux, de la construction du Mur, du blocus de Gaza etc. A l’époque de l’Apartheid, n’aurait-il pas été absurde de ne boycotter que les bantoustans et pas le Cap, Johannesburg ou Pretoria? ».

source : F.A.Q. de BDS: "Does BDS call for a boycott of the whole of Israel or just the illegal settlements?" (trad. libre)

Le modus operandi d'une campagne

BDS a lancé au cours de ces dernières années d’une part de grandes campagnes transnationales, considérées comme prioritaires, appelant au boycott des grandes marques israéliennes comme par exemple les gazéificateurs d’eau SodaStream, les produits cosmétiques Ahava, les oranges Jaffa, les médicaments génériques Teva, etc. et d’autre part, des campagnes internationales pour boycotter des multinationales américaines ou européennes qui ont, pour le collectif palestinien, une implication active dans l’économie israélienne comme par exemple la société de construction Caterpillar, la société de produits informatique Hewlett-Packard, etc.

Le point commun entre toutes ces campagnes est leur mode opératoire identique.

BDS est une organisation pyramidale composée de trois couches : au sommet de la pyramide se trouve le comité central BNC avec Omar Barghouti comme porte-parole. Les militants et supporters constituent, la base de la pyramide. Quant aux partenaires étrangers privilégiés, ils sont la courroie de transmission et servent de relai entre le sommet et la base.  [1]

Rôle du comité central BNC

Le BNC, au sommet de la pyramide organisationnelle du mouvement, est à l’initiative de toutes les campagnes transnationales (ex. campagnes contre Véolia, GS4, etc.) considérées comme prioritaires. C’est lui qui détermine la cible, les messages-clefs qui seront véhiculés au cours de la campagne ainsi que l’argumentaire qu’il faudra déployer auprès de l’opinion publique pour justifier la mise au ban de l’entreprise ainsi ciblée.

Rôle des représentants "officiels" locaux

Les représentants "officiels" locaux (au nombre de quarte en France: BDS France, UJFP, AURDIP et AFPS), courroie de transmission entre le sommet et les militants de la base, ont pour mission de relayer la campagne au niveau national et de s’assurer que les actions locales cadrent avec les messages fixés par le sommet de la pyramide. Ils leur fournissent du matériel militant (tracts, modèle de lettres de protestation, autocollant, etc.) et recommandent aux acteurs locaux d’éviter la dispersion et de se concentrer sur quelques cibles.

« Des milliers d’entreprises de tous les pays commercent, échangent et investissent avec des centaines d’entreprises israéliennes, participant au bien être de ce pays colonial, sans se soucier d’aucune obligation ni des droits des Palestiniens. Essayer de boycotter activement chaque entreprise qui collabore à l’apartheid israélien est voué à l’échec en terme d’effet concret. Pour qu’elle soit efficace, une campagne de boycott doit être ciblée, stratégique, argumentée, qu’elle ait une chance de gagner, qu’elle soit utilisée collectivement, si possible à l’échelle mondiale, et sur le long terme. C’est pourquoi, les Palestiniens eux-mêmes recommandent aux campagnes nationales BDS de choisir un nombre limité de cibles de boycott et de concentrer leurs efforts sur ces cibles. Les Palestiniens connaissent bien les sources de leurs souffrances et nous font les meilleures recommandations pour une campagne BDS efficace ».


site internet de BDS France : « Que boycotter ? Tous ensemble dans la campagne internationale BDS», janvier 2018.

Ils diffusent ensuite le compte-rendu des actions locales sur les réseaux sociaux. Les victoires engrangées au niveau national remontent, elles, vers le BNC qui les publie sur le site internet officiel du mouvement (www.bdsmovement.net).

Rôle de la base

Les militants et supporters locaux, à la base de la pyramide, sont chargés d’animer les actions sur le terrain qui se matérialisent majoritairement de la manière suivante :

  • Ils tiennent des stands d’information et mènent des actions de protestation devant ou à l’intérieur même des supermarchés et des grands magasins pour alerter les consommateurs sur les produits étiquetés Israël « impropres à la consommation »;

  • Ils font circuler des listes éparses de divers produits à boycotter sur les réseaux sociaux. Une application mobile (Buycott) a même été développée permettant aux consommateurs de détecter rapidement si un produit provient ou non d’Israël.

  • Ils interpellent les directeurs de grands magasins en leur demandant de retirer les produits étiquetés Israël de leurs rayons.

BDS encourage en théorie toutes les initiatives citoyennes spontanées.

"La Campagne BDS France fonctionne de manière souple et décentralisée. Des réunions de coordination nationale ont lieu une fois par mois, à Paris pour des raisons pratiques. Les représentants des différents membres de la Campagne y discutent de l’état de la Campagne, des objectifs, fixent des priorités, choisissent éventuellement des dates d’action nationales, qui peuvent tout à fait refléter une demande locale. Des groupes de travail sont parfois constitués par des militants des différentes organisations, sur la base du volontariat, pour coordonner telle ou telle action, ou travailler sur un sujet particulier. Les décisions se prennent au consensus dans un esprit unitaire. Les organisations membres de la Campagne paient chaque année une cotisation. Pour les aspects techniques, et par souci d’efficacité et de réactivité, un petit groupe de coordination a été mis en place et organise la vie pratique de la Campagne, fait le lien avec le local, propose des outils et des actions et suit les affaires juridiques. Ce groupe est composé de militants des différentes organisations et associations et il est basé sur un principe de volontariat. Les membres du groupe de coordination sont amenés à tourner régulièrement, mais dans un souci de continuité et d’efficacité sur le long terme."

Source : site internet de BDS France: "Qui sommes-nous?"

Les campagnes de boycott permettent de mettre en perspective la structure et l’organisation pyramidale du mouvement. Dans la pratique, les campagnes de boycott ne sont pas aussi spontanées que ne le prétend BDS. Les grandes campagnes transnationales sont initiées, organisées et structurées par la couche supérieure du mouvement, le BNC. Les campagnes nationales sont, elles, supervisées par la couche intermédiaire, les représentants "officiels" locaux qui sont chargés d’encadrer les acteurs locaux sur le terrain. La strate inférieure du mouvement, composée de militants et supporters locaux, ne dispose que d’un faible pouvoir de décision, au mieux un pouvoir de suggestion.


[1] CERSP : "Organisation générale de BDS"

BDS vu par lui-même

La campagne Boycott Désinvestissement Sanctions (« BDS ») est un appel lancé le 4 juillet 2005 par un collectif de 172 organisations et associations palestiniennes demandant à la communauté internationale de boycotter intégralement Israël. Le collectif palestinien se présente sans coup férir comme un mouvement novateur, citoyen, performatif, pacifiste et antiraciste. (1)

BDS est novateur

BDS situe sa naissance en 2005, soit « un an après l’avis consultatif de la Cour Internationale de Justice qui a jugé illégal le mur qu’Israël construit sur le territoire palestinien occupé ». Partant du constat que toutes les formes de processus de paix ont échoué par la faute exclusivement imputable à l’Etat d’Israël, il propose aux Palestiniens de quitter la table des négociations et d'appliquer une nouvelle méthode pour arriver à la paix basée sur le "strict respect par Israël du droit international et des droits humains des Palestiniens".

Cette nouvelle méthode consisterait à demander à la communauté internationale de boycotter intégralement Israël pour faire pression sur ce pays "jusqu’à ce que ce qu'il plie et honore ses obligations de reconnaître le droit inaliénable du peuple palestinien à l’autodétermination et se conforme au droit international".

BDS est une initiative citoyenne spontanée

BDS invite les "organisations des sociétés civiles internationales et les gens de conscience du monde entier" à boycotter Israël. Il présente sa Campagne Internationale de Boycott comme une initiative citoyenne spontanée caractéristique de la démocratie participative. Le mouvement serait faiblement structuré. Dans le cadre des lignes de conduites définies par l’appel de 2005, une grande latitude serait laissée aux initiatives locales, régionales et nationales pour déterminer les cibles de leurs actions et les tactiques à adopter.

BDS est performatif

BDS se targue d'avoir obtenu de très nombreuses victoires depuis son appel de 2005. A  en croire ses communiqués de presse, des centaines d’universités auraient gelé ou rompu leurs accords de collaboration avec les institutions académiques et scientifiques israéliennes, la plupart des artistes internationaux ne se produiraient plus en Israël, d’importantes multinationales se seraient désinvesties du pays, des dizaines de municipalités auraient rompu avec l'Etat hébreu et se seraient déclarées « Zones Libre d’Apartheid », des centaines églises des États-Unis auraient retiré leurs investissements des banques israéliennes, etc.

Extrait de la déclaration du PACBI: "And the winner of Eurovision apartheid in Tel-Aviv is …", mai 2019

BDS est pacifiste

BDS se positionne comme un mouvement pacifiste et non violent. Les mesures de boycott sont considérées comme des actions « pacifiques, légitimes et acceptées sur la scène internationale » et seraient « protégées par la liberté d’expression » (2). Il dit s'inspirer de la lutte contre la ségrégation raciale en Afrique du Sud

BDS est antiraciste

BDS considère son appel de 2005 qui exige « la fin des violations du droit international et des droits humains par Israël » ancré dans les principes énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Sur base de cet engagement de principe pour l’égalité des droits de chaque être humain, BDS est donc résolument opposé aux idéologies politiques qui prônent le racisme, raison pour laquelle il s’oppose au sionisme.

« Nous rejetons le sionisme en ce qu’il constitue le pilier idéologique raciste et discriminatoire du régime d’Israël d’occupation, de colonialisme de peuplement et d’apartheid, qui prive le peuple palestinien de ses droits fondamentaux depuis 1948 » (3).

Il inscrit son action dans la lignée du forum mondial des ONG organisé en marge de la Conférence contre le Racisme, la Discrimination, la Xénophobie et l’Intolérance (WCAR) de Durban en 2001.

« Guidés par l’agenda inclusif de la Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance, qui s’est tenue en 2001 à Durban, en Afrique du Sud, les principes du mouvement BDS incluent les valeurs de la diversité culturelle, de la solidarité et du soutien mutuel avec les victimes du racisme et de la discrimination raciale » (4)


(1) Appel de la société civile palestinienne. Voir également: Omar Barghouti : "Boycott, désinvestissement, sanctions. BDS contre l’apartheid et l’occupation de la Palestine", La Fabrique Éditions, Paris, 2010

(2) Déclaration du Rapporteur spécial des Nations unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression au terme de sa visite en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés, 18/11/2011.

(3) Déclaration du Comité national palestinien du BDS (BNC) réitérant la position du mouvement BDS contre toutes les formes de racisme et de discrimination raciale.

(4) Déclaration du Comité national palestinien du BDS (BNC) réitérant la position du mouvement BDS contre toutes les formes de racisme et de discrimination raciale, mars 2017. Voir également à ce sujet la position commune adoptée par le BNC pour la Conférence de Durban tenue en 2009 à Genève : « UNITED AGAINST Apartheid, Colonialism and Occupation. DIGNITY & JUSTICE for the Palestinian People », Octobre 2008.

BDS la règle de trois

Boycott d’Israël: les trois principes de BDS

3 composantes, 3 revendications, 3 sanctions

La campagne Boycott Désinvestissement Sanctions (« BDS ») est un appel lancé le 4 juillet 2005 par un collectif de 172 organisations et associations palestiniennes intimant la communauté internationale de boycotter intégralement Israël. La mise au ban des Nations devra durer jusqu’à ce que ce pays "honore ses obligations de reconnaître le droit inaliénable du peuple palestinien à l’autodétermination et se conforme au droit international".

Les 3 composantes

Les signataires de cet appel se définissent eux-mêmes comme les représentants des trois composantes majeures de la société civile palestinienne, à savoir (1):

  • Les Palestiniens vivant sous occupation dans les Territoires Occupés (Cisjordanie), y compris Jérusalem et la bande de Gaza (38%) ;

  • Les réfugiés vivant en exil (50%) ;

  • Les citoyens arabo-palestiniens vivant sur
    le territoire israélien (12%).

Les 3 revendications

Le collectif palestinien entend convaincre la communauté internationale que la paix entre Israéliens et Palestiniens ne passe pas par des « négociations de paix » devant aboutir à un accord politique entre les deux belligérants mais par le respect scrupuleux par l’Etat d’Israël du droit international et des droits humains des Palestiniens.

Le droit à l'auto-détermination du peuple palestinien devant se réaliser sur l'ensemble du territoire de la Palestine historique, les obligations internationales d'Israël qui en découlent reposeraient en conséquence sur les trois piliers suivants :

  • La fin de l’occupation et de la colonisation de tous les territoires arabes actuellement occupés, y compris le Plateau du Golan ;

  • Le retour sans conditions de l’ensemble des réfugiés palestiniens à l’intérieur des frontières de l’Etat d’Israël ; et

  • L’égalité complète des droits pour les citoyens arabo-palestiniens vivant en Israël.

Ces deux derniers piliers sont prioritaires puisque les réfugiés vivant en exil et les citoyens palestiniens vivant en Israël constituent 62% de la population palestinienne et sont pour BDS les grands oubliés du processus de paix enclenché à Oslo qui ne visait que les Palestiniens situés dans les Territoires Occupés depuis 1967.

La position officielle du collectif consiste à se concentrer exclusivement sur les droits humains des Palestiniens issus de la législation internationale et non sur les solutions politiques. En ce qui concerne la résolution politique du conflit israélo-palestinien, BDS se refuse à prendre explicitement position dans le débat opposant tenants de la bipartition et leurs adversaires favorables à un seul Etat. Pour son porte-parole Omar Barghouti, "la forme étatique que les peuples de la région établiront dépendra de leur volonté et de l’évolution de leurs relations" (2).

Les 3 mesures coercitives

BDS exige de la communauté internationale qu'elle prenne trois mesures punitives à l’encontre de l’Etat d’Israël :

a) Le boycott

BDS appelle au boycott intégral d'Israël : c’est-à-dire non seulement politique et économique mais aussi culturel, académique, scientifique et sportif. Celui-ci vise tout individu qui est représentatif de ce pays ou d’une institution israélienne complice, ou s’il est commandité ou recruté pour participer aux efforts d’Israël pour se « donner une nouvelle image ».

b) Le désinvestissement

BDS encourage développement de Campagnes Nationales visant à faire pression sur les entreprises nationales afin qu’elles se désinvestissent de l’État juif. L’organisation mène également des actions de lobbying auprès des gouvernements, des institutions et des entreprises pour qu’elles cessent d’investir ou de coopérer économiquement avec l’État juif [3].

c) Les sanctions

les gouvernements des pays occidentaux sont les complices des crimes commis par l’Etat d’Israël car ils soutiennent de manière inconditionnelle un régime colonialiste, d’occupation et d’apartheid. BDS entend mettre un terme à cette complicité internationale et demande aux citoyens de conscience du monde à faire pression sur leurs gouvernants afin qu’ils abandonnent leurs politiques favorables à Israël et stoppent toute relation avec lui.

Ces trois mesures coercitives doivent être appliquées par la communauté internationale jusqu'à ce que les Israéliens honorent leurs obligations internationales, c'est-à-dire jusqu'à la reddition complète et inconditionnelle d'Israël et son acceptation de voir le droit du peuple palestinien à l'auto-détermination se réaliser sur l'intégralité du territoire de la Palestine historique.


(1) Selon les chiffres de 2014 émis par l’Office Central Palestinien des Statistiques, sur les 11.800.000 Palestiniens, ceux des territoires palestiniens occupés (TPO), c’est-à-dire Gaza et la Cisjordanie, y compris Jérusalem Est, représentent seulement 38 % de la totalité de la population palestinienne. Les citoyens palestiniens d’Israël représentent environ 12 %, et les Palestiniens en exil constituent les 50 % restants.

[2] Omar Barghouti: « BDS: discussing Difficult Issues in a Fast-Growing Movement “, Al-Shabaka, juin 2016. Voir également: S. Henry: "Les raisons du boycott économique d'Israël par BDS", CERSP, mars 2019

[3] Romain Geoffroy « Qu’est-ce que le mouvement BDS, à l’origine des appels au boycott d’Israël ? », Le Monde, Novembre 2015; Blandine Le Cain : "Qu'est-ce que le mouvement BDS, qui prône le boycott des produits israéliens?", Le Figaro, novembre 2017.

La prochaine Gay-Pride à Gaza

La lutte pour les droits des LGBT+ est un combat politique. Que Tel-Aviv soit aujourd’hui la première, et la seule, ville gay-friendly du Moyen-Orient a quelque chose de très rafraîchissant car le combat est long et difficile. Pouvoir porter haut le drapeau arc-en-ciel du mouvement dans les rues de Jérusalem est également un acte d’une portée symbolique sans aucun autre précédent dans la région. Une jeune fille sauvagement assassinée par un juif religieux lors de la Gay Pride en 2015 en a d’ailleurs payé le prix fort. Quand on connait le côté obscurantiste de la ville Sainte et la sociologie toute particulière de sa population, avoir l’opportunité d’y revendiquer les droits LGBT+ relève bel et bien du miracle. 

La boycott d’Israël : gay-friendly?

Une part de la communauté LGBT+ occidentale a pourtant décidé de répondre à l’appel de BDS au boycott de toutes les manifestations LGBT+ (festivals, Gay Pride, etc.) qui se déroulent en Israël. La  dernière campagne en la matière s’intitule « Non au Pinkwashing de l’Eurovision ! Près de 90 groupes LGBT+ appellent au boycott du concours de chant en Israël ». Pour le collectif palestinien, la culture gay qui s’est développée notamment à Tel-Aviv[1] ferait en réalité partie d’un vaste plan de communication  (« hasbara ») élaboré par l’Etat hébreu pour se construire une bonne image auprès de la communauté internationale. L’opération de séduction (« pinkwashing ») des LGBT occidentaux est, selon le communiqué du PACBI à l’initiative de la dernière campagne, une « utilisation cynique des droits des homosexuels afin de détourner et de normaliser l’occupation, la colonisation et l’apartheid israélien »[2]

Campagne de boycott LGBT contre un festival de films à Tel-Aviv

Hégémonie culturelle

La raison d’une telle position doit être recherchée du côté de l’idéologie dominante qui traverse la couche intermédiaire du mouvement BDS. Les organisations altermondialistes (partis politiques, syndicats, ONG, etc.) qui ont pour mission de faire la jonction entre le collectif palestinien situé au sommet de la pyramide et les supporters occidentaux situés à sa base sont dans un combat idéologique. Elles considèrent que les démocraties capitalistes libérales ne servent que les intérêts de la classe dominante au détriment des peuples. Si on devait résumer leur pensée en utilisant la vulgate marxiste, on dirait que le rôle de la superstructure étatique, reflet des rapports de production, n’est rien d’autre que l’instrument par l’intermédiaire duquel la classe dominante exerce le pouvoir.

Dans ce mouvement de pensée, tous les « appareils idéologiques » de cet Etat libéral doivent être combattus car ils ne sont mis en place qu’au profit et dans l’intérêt des seuls dominants.  La bourgeoisie occidentale arrive par ex. à se maintenir au pouvoir parce qu’elle a établi son hégémonie culturelle sur la société par l’intermédiaire des intellectuels[4]. La culture occidentale, d’essence bourgeoise, est donc celle du groupe dominant et non du peuple. Il en va également de même du multipartisme, de la liberté d’expression, etc. On pourrait même y ajouter la laïcité dans le cas très particulier de la France.

Antisionisme de type idéologique

La gauche altermondialiste a inscrit la lutte contre le sionisme au programme de son combat idéologique. Le sionisme, rattaché au système mondial de l’impérialisme, est ainsi amalgamé à des thématiques comme l’avenir de la mondialisation, les dangers écologiques, la pauvreté croissante du Tiers-Monde. Dans cette représentation du monde, Israël, assimilé aux Etats-Unis et à la mondialisation libérale, est présenté comme un Etat colonial et raciste qui opprime sans fondement un peuple innocent du Tiers-Monde. Cet Etat est donc illégitime et, conformément à sa doxa, tous ses « appareils idéologiques » doivent être combattus car ils ne sont là que pour maintenir la domination de la minorité juive sur le peuple palestinien.

On comprend maintenant mieux la raison pour laquelle la gauche altermondialiste soutient tous les appels de BDS au boycott d’Israël y compris les milieux académiques et culturels. Les élites culturelles et universitaires sont « naturellement » les fers de lance de la « hasbara » version marketing. Israël leur assigne en permanence la mission de contribuer à la lutte contre la délégitimation en apparaissant à l’étranger comme les représentants d’une culture pluraliste, créative et dynamique[5].La culture n’est donc jamais vue comme un moyen pacifiste servant à rapprocher les deux peuples mais exclusivement comme un instrument de propagande utilisé de manière machiavélique par Israël pour se donner une image positive à l’étranger. Il en va de même pour la culture gay qui s’est développée en Israël. La lutte LGBT+ est instrumentalisée par Israël pour se donner l’image d’un pays ouvert. Elle ne viserait qu’à « camoufler la guerre, l’occupation, le conservatisme religieux et l’homophobie derrière le paravent sea, sex and sun de la plaisante cité balnéaire »[3].

Campagne de boycott LGBT contre la Gay-Pride à Tel-Aviv

La prochaine Gay-Pride à Gaza ?  

Le combat en faveur des droits des LGBT+ est légitimement porté par la gauche altermondialiste… sauf lorsqu’il se manifeste en Israël. Dans ce cas, cette lutte devient automatiquement suspecte. Tout ce qui pourrait paraître positif dans la société israélienne n’est pour elle que leurre, propagande et duperie.

Plutôt que de boycotter les festivals gays israéliens, les groupes LGBT+ feraient bien de s’intéresser d’un peu plus près aux 172 organisations palestiniennes qui composent le collectif palestinien lui-même. Ils découvriraient alors l’ouverture toute relative de ces organisations aux respects des droits des homosexuels. Dans la région, la seule alternative qui se présente à un individu LGBT+ (de la Syrie en Irak en passant par les pays du Maghreb ou les territoires palestiniens) est au mieux la prison, au pire la mort. Sauf en Israël.

Ces groupes LGBT+ devraient proposer au collectif palestinien BDS de leur organiser une gigantesque Gay Pride dans les territoires palestiniens. Juste pour voir si Gaza se révèle aussi gay-friendly que Tel-Aviv.


[1] « Tel-Aviv, la capitale homosexuelle du Moyen-Orient », Le Monde, 08.06.2012.

[2] Boycott Eurovision in Israël and Tel-Aviv Pride

[3] Jean Stern : « Mirage gay à Tel-Aviv », Libertalia, Paris, 2017.

[4] Voir par ex. les travaux d’Antonio Gramsci et de Louis Althusser. Voir également « Rémi Noyon : « Mélenchon s’en prend au « parti médiatique ». Mais d’où sort cette expression ? », L’Obs, mars 2018.

[5] Françoise Feugas, « Derrière la vitrine culturelle, une intolérable occupation », mai 2017



Tableau général

Retour au sommaire

Le message de BDS

Quel est le message que BDS entend envoyer à la communauté internationale? Un examen comparatif des différentes campagnes de boycott orchestrées ses dernières années par le collectif palestinien BDS nous permet de dégager ses deux thématiques centrales et, partant, de décrypter son message.

Le thème de la colonisation judéo-israélienne

BDS décrit dans toute sa communication Israël comme un Etat colonial c’est-à-dire comme une création fictive des puissances occidentales qui auraient importés « leurs » juifs (principalement européens et américains) dans la région pour y maintenir leur domination économique, culturelle et politique. BDS ne considère donc pas le sionisme comme un mouvement de libération nationale du peuple juif mais le décrit comme une entreprise coloniale criminelle. En résumé, pour BDS la présence juive sur une partie du territoire de la Palestine historique n’est pas légitime. (1)

Le thème du racisme

BDS décrit également dans toute sa communication Israël comme un Etat d’apartheid. Sa reconnaissance par la communauté internationale « en tant qu’Etat juif » est une erreur historique car « elle contient inévitablement la légitimation d’un régime dans lequel l’appartenance ethnico-religieuse ou raciale de quelqu’un constitue le critère de base pour un système institutionnel universel de ségrégation tenant à privilégier les uns et à discriminer les autres » (2). Pour BDS, le crime d’apartheid, le caractère juif de l’Etat d’Israël, se situe donc dans la conception même de l’Etat. (3)

Le vocabulaire lié aux deux thèmes

Les deux thèmes qui tournent en boucle dans toutes les campagnes de boycott peuvent être illustrés par le vocabulaire particulièrement belliqueux utilisé par le collectif palestinien à l’encontre de son adversaire. Israël y est décrié ad nauseam comme un Etat « raciste », « d’apartheid », « voyou », « criminel » mais aussi« assassin et tueur d’enfants » (4). Les expressions comme « régime d’oppression coloniale », « domination », « exploitation », « épuration ethnique » voir même « génocide » sont fréquemment utilisées pour décrire le régime sioniste (5).

Le message de BDS à la communauté internationale

Il devient ainsi possible de décrypter le message que le collectif palestinien entend faire passer à la communauté internationale : Israël, en tant qu’Etat juif, est illégitime puisqu’il s’agit d’une entreprise coloniale criminelle qui se rend coupable du crime d’apartheid.

Stratégie et message

La campagne BDS ne vise pas seulement l'économie israélienne, mais remet en cause la légitimité d'Israël, en tant qu'État colonial et d'apartheid, en tant que membre de la communauté internationale. Par conséquent, des efforts sont nécessaires non seulement pour promouvoir un vaste boycott des consommateurs, mais également dans les domaines universitaire, culturel et sportif.

Source: First Palestinian Conference for the Boycott of Israel, summary report, novembre 2007

C’est donc le projet sioniste qui est clairement dans la ligne de mire de B.D.S. L’idée d’un Etat-Nation où les Juifs du monde entier disposeraient d’un droit au retour et où le régime politique assurerait à la population juive d’être majoritaire, doit être abandonné par les Israéliens car il induit de facto la négation des droits humains des Palestiniens et empêche leur autodétermination. La mise au ban d’Israël par l’ensemble de la communauté des Nations a pour objectif de contraindre les Israéliens à renoncer au caractère juif de leur Etat, seule condition pour que les droits humains des Palestiniens soient enfin respectés.


(1) CERSP: "Que veut-dire "colonisation" pour BDS?"

(2) Voir notamment à ce sujet la Charte de l’association américaine US Campaign for Palestinian Rights (USCPR), un des partenaires américaines de B.D.S., qui stipule ce qui suit : « We stand against Zionism as a political system that privileges the rights of Jews over the rights of others ».

(3) CERSP : "Que veut-dire "apartheid" pour BDS?"

(4) Pour le B.A.C.B.I. par exemple, les enfants palestiniens sont tout particulièrement visés par l’oppression israélienne. Voir notamment à ce sujet : Herman De Ley : « Le boycott d’Israël (BDS), un devoir moral », BACBI-Dossier N° 3, p.7

(5) "Cartographie des actions militantes en France", Les Cahiers du CERSP, 4/2019

Que veut dire « apartheid » pour BDS ?

BDS qualifie Israël dans toute sa communication non pas d’Etat sioniste mais d’Etat d’apartheid. Ce terme fait bien évidemment directement écho à la lutte contre la ségrégation raciale en Afrique du Sud qui est une constante au sein du mouvement national palestinien.

Pour BDS, le boycott d’Israël est un devoir moral

Il existerait tout d’abord un apartheid à l’intérieur même de l’Etat hébreu puisque les droits des Juifs n’y sont pas les mêmes que les droits des non-Juifs. Il existerait ensuite un apartheid extérieur puisque le droit de retour est autorisé pour les Juifs mais interdit pour les Palestiniens. Ainsi la loi israélienne confère aux Juifs du monde entier le droit d’entrer en Israël et d’obtenir la citoyenneté israélienne, quel que soit leur pays d’origine alors que les Palestiniens sont privés d’un droit comparable. Il existerait un apartheid extérieur encore dès lors que les droits des 350.000 colons juifs sont différents des droits des Palestiniens en Cisjordanie occupée puisque les premiers sont soumis au droit civil israélien alors que les seconds sont régis par le droit militaire.

Le boycott d’Israël serait donc pour le collectif palestinien comme pour ses soutiens occidentaux[1] un devoir moral.

Le crime d’apartheid en droit international

En accolant systématiquement le qualificatif « d’apartheid » à l’Etat d’Israël, le message que BDS entend faire passer à la communauté internationale va cependant bien au-delà de la simple référence à l’apartheid sud-africain.

Pour le collectif palestinien, la reconnaissance par la communauté internationale de l’Etat d’Israël « en tant qu’Etat juif » est une erreur historique car « elle contient inévitablement la légitimation d’un régime dans lequel l’appartenance ethnico-religieuse ou raciale de quelqu’un constitue le critère de base pour un système institutionnel universel de ségrégation tenant à privilégier les uns et à discriminer les autres » [2]. Pour BDS, le crime d’apartheid, le caractère juif de l’Etat d’Israël, se situe donc dans la conception même de l’Etat.

Or l’apartheid est considéré par le droit international comme le deuxième crime le plus grave contre l’Humanité (le génocide étant le premier). Le crime international d’apartheid est défini dans l’article II de la Convention internationale de 1973 sur l’élimination et la répression du crime d’apartheid qui énonce ce qui suit : « L’expression « crime d’apartheid », qui englobe les politiques et pratiques semblable de ségrégation et de discriminations raciales, telles qu’elles sont pratiqués en Afrique australe, désigne les actes inhumains indiqués ci-après, commis en vue d’instituer ou d’entretenir la domination d’un groupe racial d’êtres humains sur n’importe quel autre groupe racial d’êtres humains et d’opprimer systématiquement celui-ci ». Il est également repris à l’article 7 du Statut de Rome établissant le cadre légal de la Cour pénale internationale qui indique ce qui suit : « Par « crime d’apartheid », on entend des actes inhumains …commis dans le cadre d’un régime institutionnalisé d’oppression systématique et de domination d’un groupe racial sur tout autre groupe ou tous autres groupes raciaux et dans l’intention de maintenir ce régime.

Tract de BDS à l'occasion de la "Semaine Internationale contre l'apartheid israélien"

Le véritable message de BDS sur l'apartheid n'est pas celui que l'on croit

En d’autres termes, pour le collectif palestinien et ses soutiens occidentaux, le fait pour les Juifs d’avoir un Etat au sein duquel ils seraient majoritaires et où ils auraient un droit exclusif au retour est constitutif d’un crime aussi grave que le crime nazi.

Tel est plus que probablement le message subliminal que BDS entend faire passer à la communauté internationale lorsqu’il accole le terme « apartheid » à celui de l’État d’Israël. L'utilisation de ce qualificatif n'a donc en réalité strictement rien à voir avec la lutte contre la ségrégation raciale en Afrique du Sud.


[1] Herman De Ley :” Le boycott d’Israël
(BDS), un devoir moral”, BACBI-Dossier N° 3, 2017.

[2] Voir notamment à ce sujet la Charte de l’association américaine US Campaign for Palestinian Rights (USCPR), un des partenaires américaines de B.D.S., qui stipule ce qui suit : « We stand against Zionism as a political system that privileges the rights of Jews over the rights of others ».

BDS est-il antisémite?

BDS se présente comme un mouvement authentiquement et radicalement antisioniste : l’idée même d’un Etat-Nation où les Juifs du monde entier disposeraient d’un droit au retour et où le régime politique assurerait à la population juive d’être majoritaire, doit être abandonnée par les Israéliens car il induit de facto la négation des droits humains des Palestiniens et empêche leur autodétermination.

« Nous rejetons le sionisme en ce qu’il constitue le pilier idéologique raciste et discriminatoire du régime d’Israël d’occupation, de colonialisme de peuplement et d’apartheid, qui prive le peuple palestinien de ses droits fondamentaux depuis 1948 » (1).

Les opposants au collectif palestinien considèrent cet antisionisme comme la simple face cachée de l’antisémitisme. BDS revendique son antisionisme radical mais réfute en revanche toute idée antisémite. Il s’insurge d’un chantage honteux d’antisémitisme et dispose même d’un argumentaire militant pour le combattre.

« Le mouvement BDS se réclame de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Il est non sectaire et rejette toutes les formes de racisme, y compris l’islamophobie, l’antisémitisme et les dizaines de lois israéliennes racistes (…). Le mouvement B.D.S. n’a jamais visé les Juifs ou les Israéliens en tant que Juifs (…) » (2)

Afin de déterminer si l’antisionisme radical de BDS est de l’antisémitisme, il est nécessaire de remonter aux origines de l’antisionisme tel qu’il est développé par chacune des trois couches qui structurent le mouvement BDS (3).

Antisionisme de type nationaliste

La couche supérieure du mouvement est composée des 172 organisations palestiniennes signataires de l’appel au boycott en 2005. La source de son antisionisme est relativement simple à comprendre. La branche palestinienne de BDS cherche à fonder un Etat-nation sur l’ensemble du territoire de la Palestine. La présence d’une majorité juive sur toute ou partie de ce territoire l’en empêche. Son antisionisme radical puise donc naturellement sa source dans le conflit qui oppose depuis plus d’un siècle le mouvement national palestinien au mouvement national juif. Il s’agit d’un antisionisme de type nationaliste. L’antisémitisme peut être un de ses dérivés (par ex. la place que doivent occuper les dhimmis en terre d’Islam) mais n’en est pas le moteur.

Antisionisme de type idéologique

La couche intermédiaire du mouvement est composée majoritairement d’organisations altermondialistes (« tiers-mondistes » dirait un observateur de droite), fer de lance de BDS à l’étranger. La source de son antisionisme ne se trouve pas dans le conflit israélo-palestinien lui-même mais dans sa vision contestataire des démocraties libérales en tant que régime politique. Israël, en tant que suppôt du capitalisme et de l’impérialisme américain doit être combattu. Il s’agit d’un antisionisme de type idéologique. Le sionisme, rattaché au système mondial de l’impérialisme, est ainsi amalgamé à des thématiques comme l’avenir de la mondialisation, les dangers écologiques, la pauvreté croissante du Tiers-Monde. L’antisémitisme peut être un de ses dérivés (par ex. le lien que les marxistes établissent entre les Juifs et l’argent) mais n’en constitue pas non plus le moteur.

Antisionisme de type sociologique

La couche inférieure est composée des supporters de BDS. Leur antisionisme trouve sa source non pas dans le conflit israélo-palestinien mais dans leurs rapports conflictuels aux Juifs à l’intérieur même des sociétés occidentales. Il s’agit d’un antisionisme de type sociologique. Cette hostilité aux Juifs a diverses origines : antisémitisme religieux, chrétien ou musulman, antisémitisme d’essence révolutionnaire, antisémitisme d’ignorance, etc. L’antisémitisme constitue bel et bien, à ce niveau, le moteur de l’antisionisme.

La responsabilité de la gauche altermondialiste

Là où le modèle commence à déraper, c’est lorsque la gauche altermondialiste qui sert de courroie de transmission entre le sommet et la base du mouvement fait le choix tactique d’instrumentaliser le conflit israélo-palestinien pour des raisons idéologiques. En réduisant le conflit à un simple scénario binaire opposant un oppresseur à un opprimé, en amalgamant le « système » (gouvernement, médias, justice, etc.) avec les Juifs, les Israéliens, le sionisme, l’antisémitisme ou la Shoa, en diffusant l’idée générale d’un complot ourdi par la finance internationale juive, en ayant des propos belliqueux à l’encontre d’Israël (décrit comme un Etat voyou, criminel, tueur d’enfants, etc.), la petite élite révolutionnaire qui se trouve à l’échelon
intermédiaire du mouvement BDS entend, conformément à la doctrine marxiste-léniniste, exciter les masses pour qu’elles se révoltent.

Et au plus la démocratie libérale produit des mécontents, au plus le discours radical de BDS fait écho et progresse au niveau de la base, ce qui augmente mécaniquement l’antisémitisme puisque les Juifs sont alors considérés comme faisant partie intrinsèque du problème. Leur élimination - physique ou symbolique - fait donc de facto partie de la solution.

« La gauche, sociale-démocrate ou pas, extrême ou pas, pense peut-être que se servir de l’antisémitisme afin de galvaniser les masses populaires est un prix acceptable pour que triomphe le socialisme. Cette dérive de type staliniste semble toujours d’actualité pour cette mouvance pseudo-humaniste qui se cherche, mais qui ne se trouvant pas finit par lâcher les Juifs comme on lâche du lest d’un ballon en perdition pour retarder le moment où il va s’écraser. » (4)

La gauche altermondialise affirme inscrire ses actions dans les luttes antiracistes et dans les valeurs universelles des Droits de l’Homme. Par son instrumentalisation du conflit au Proche-Orient, elle a pourtant réussi en très peu de temps à faire de BDS non pas le chantre de la lutte pour l’autodétermination du peuple palestinien mais la caisse de résonance de tous les individus qui entendent exprimer un rapport conflictuel envers les Juifs au sein des démocraties occidentales. En cela, oui, BDS est bel et bien antisémite. (5)


(1) Déclaration du Comité national palestinien du BDS (BNC) réitérant la position du mouvement BDS contre toutes les formes de racisme et de discrimination raciale.

(2) Omar Barghouti : « La campagne BDS vise à forcer Israël à se conformer au droit », L’Humanité, 16/01/2016.

(3) Henri Simon : "Comment BDS est-il structuré", Les Cahiers du CERSP, n° 7, 2019

(4) Daniel Horowitz : " Socialisme et antisémitisme ", Médiapart, 2016.

(5) "German Parliament declares Israel boycott campaign antisemitic", The Guardian, May 2019.

le paradigme du conflit

BDS et le paradigme du conflit israélo-palestinien

La soudaine éclosion du collectif palestinien BDS sur le devant de la scène au cours de l'année 2005 s'inscrit dans un contexte politico-historique bien déterminé et n'est pas le fruit du hasard.

Période 1897-1991 : premier paradigme

Au cours de cette période, qui va du premier Congrès sioniste de 1897 à l'ouverture de la Conférence de Madrid en 1991, les deux mouvements nationaux, juif et palestinien, vont se développer à partir du paradigme selon lequel une seule partie au conflit est légitimement en droit de revendiquer son autodétermination sur le territoire disputé, l’autre ne l’est pas et doit donc disparaître.

Autrement dit, le nationalisme de chaque camp se développe pendant cette période en pratiquant la négation de l’autre. Le mode de gestion de conflit adopté par les deux camps est l’épreuve de force.

a) Côté Israélien

Le nationalisme juif trouve sa légitimation idéologique dans le sionisme. Les « grands mythes fondateurs de l’Etat hébreu » - qui seront revisités et déconstruits par les nouveaux historiens israéliens dans les années ’80 - lui servent de socle : « un peuple sans terre pour une terre sans peuple », l'idée fortement ancrée d'un départ « volontaire » de tous les habitants palestiniens de leurs villages en 1948, la théorie religieuse du « Grand Israël » (la terre biblique ancestrale), etc.

Cette lecture idéologique permet de considérer la nation juive comme étant la seule disposant du droit ancestral et inaliénable à la création d’un état souverain sur le territoire historique de la Palestine. Le droit à l’autodétermination des Palestiniens est quant à lui nié. La Jordanie doit être considérée, s’il échet, comme le territoire du futur Etat des Palestiniens.

b) Côté Palestinien

Le mouvement national palestinien va se structurer dans les années 60 autour de l’Organisation de Libération de la Palestine (O.L.P.) dont le leader est Yasser Arafat. Dans le contexte de la guerre froide, cette faction palestinienne va faire le choix stratégique de cadrer sa cause nationaliste avec l'idéologie marxiste-léniniste et le mouvement de décolonisation.

Cette lecture idéologique où seule compte la victoire de l'opprimé sur l'oppresseur permet de considérer la nation palestinienne comme étant la seule disposant du droit ancestral et inaliénable à la création d'un état souverain sur le territoire historique de la Palestine. Le sionisme est vu comme une entreprise coloniale criminelle et le droit à l’autodétermination du peuple juif est nié. Selon la Charte Palestinienne, tous les Juifs à l’exception de ceux qui étaient présents avant la Déclaration Balfour de 1917 devront être expulsés.

Période 1991-2000 : second paradigme

Au cours de cette période, qui va de la Conférence de Madrid de 1991 à la deuxième Intifada début 2000, le paradigme du conflit se modifie. La célèbre poignée de mains entre Arafat et Rabin dans les jardins de la Maison-Blanche et les accords d’Oslo de 1993 marquent symboliquement ce changement. Chaque adversaire voit sa légitimité être reconnue par l’autre camp.

Rabin et Arafat

La reconnaissance mutuelle étant actée, un mode de gestion du conflit par la négociation entre les deux protagonistes se met en place devant parvenir à la résolution politique du conflit par la création de « deux Etats pour deux peuples » vivant côte-à-côte dans des frontières sures et reconnues.

La négociation est un procédé destiné à rendre compatibles des prétentions initiales incompatibles sur des questions comme la division du territoire, le statut de Jérusalem, le sort des réfugiés, etc. Il faut donc, au cours de la négociation, que se modifient les attitudes initiales des protagonistes. L’exemple des réfugiés palestiniens permet de l'illustrer. Le mouvement palestinien historique revendique le retour des réfugiés sans conditions ce qui est inacceptable pour la partie israélienne. Diverses propositions sont alors mises sur la table des négociations en vue de trouver une solution équilibrée à défaut d'être équitable.

Période 2000-Aujourd’hui : retour au premier paradigme

Les négociations de paix devant aboutir à la création de « deux Etats pour deux peuples » se sont totalement embourbées depuis le début des années 2000. Chaque adversaire impute l’échec de la négociation sur l’autre. C’est la fin annoncée du second paradigme et la résurrection du premier que les pacifistes des deux camps pensaient pourtant avoir définitivement enterré.

a) Côté Israélien

Le « camp de la paix » n’a pas réussi à trouver un accord de paix avec les Palestiniens. Poussée par une droitisation extrême de sa classe politique et de sa population, l’idée d’une solution politique à un seul Etat israélien englobant l’ensemble de la Palestine historique, y compris les territoires occupés après 1967, refait à nouveau surface.

Le nouveau "plan de paix" américain qui sera dévoilé bientôt s'inscrit dans ce contexte.

Au point que l’idéal sioniste d’un « Etat juif et démocratique » voulu par les pères fondateurs et inscrit dans la Déclaration de l’Indépendance est remis en question. Si le projet de « Grand Israël » devait aboutir, les Israéliens auraient alors à choisir entre soit préserver le caractère majoritairement juif de l’Etat au détriment de son caractère  démocratique, avec l’instauration d’un véritable régime politique d’apartheid comprenant des citoyens israéliens et des sous-citoyens palestiniens, soit de préserver le caractère démocratique de l’Etat, une personne = une voix, avec pour corolaire la disparition, à terme, du caractère majoritairement juif de l’Etat par un basculement de la démographie en faveur des Palestiniens.

b) Côté Palestinien

L’Autorité Palestinienne, totalement corrompue, n’a pas réussi à trouver un accord de paix avec les Israéliens et est donc discréditée par une grande partie de la population palestinienne.

Le leadership de l’Autorité Palestinienne, seul représentant légal et officiel du mouvement palestinien, est remis en question. Aucune élection présidentielle n’a été tenue depuis 10 ans en Cisjordanie de peur de voir le pouvoir passer aux mains du Hamas.  Le leader historique incontestable et incontesté, Yasser Arafat, est décédé depuis un certain temps et a laissé place à Mahmoud Abbas, second couteau sans charisme. L’organisation discréditée par des années de négociation sans succès est en outre corrompue. L'idée d'un retour au premier paradigme refait ainsi surface.

L'éclosion de BDS, mouvement ultra-nationaliste de refus

C'est dans cette séquence historico-politique que le mouvement BDS prend son essor.

BDS trouve sa place au cours d’une séquence politique, de 2001 à ce jour, marquée par le retour, dans les deux camps, du paradigme qui prévalait avant le lancement du processus de paix d'Oslo. Dit autrement, son éclosion se situe très précisément dans un contexte où les deux camps sont en train d’acter la fin de la solution à deux Etats et son remplacement par la solution à un seul Etat qui prévalait de chaque côté avant le début du « processus de paix ». L’heure n’est plus à la gestion du conflit par la négociation devant aboutir à la création de « deux Etats indépendants vivant côte-à-côte dans des frontières sûres et reconnues », mais est à l’épreuve de force, la capitulation de l’adversaire, devant aboutir à un seul et unique Etat sur l’ensemble du territoire de la Palestine historique.

La position ultra-nationaliste de refus de BDS n'est donc pas neuve puisqu'elle fait écho à celle du mouvement national palestinien historique. Le PNIF, le membre dominant au sein du BNC et dont le leader Marwan Barghouti est emprisonné en Israël depuis la deuxième Intifada, entend simplement déclasser l’Autorité Palestinienne et prendre le leadership du mouvement national palestinien au départ du premier paradigme qui envisage la paix non pas avec Israël mais SANS Israël.

Retour à la case départ.

Que veut dire « colonisation » pour BDS

Le droit international considère les colonies israéliennes implantées à l’intérieur des territoires palestiniens occupés par Israël depuis la guerre des Six Jours de 1967 comme illégales. Le processus de paix entamé à Oslo devait en principe aboutir à restituer ces territoires palestiniens à l’Autorité Palestinienne et régler le sort de la plupart des colonies. On sait ce qu’il en est advenu.

C’est exactement au moment où les deux « partenaires pour la paix » fermaient la porte à la paix qu’un nouveau collectif palestinien a émergé sur le devant de la scène. BDS qui prétend parler au nom de la société civile palestinienne a lancé en 2005 un appel à la communauté internationale pour boycotter intégralement Israël jusqu’à ce que ce dernier honore ses
obligations de respecter les droits humains des Palestiniens et le droit international
.

A partir de quand débute l'occupation et la colonisation?

Le seul problème est que BDS qui prétend inscrire son combat dans le cadre du droit international situe la colonisation judéo-israélienne des territoires palestiniens non pas depuis 1967 mais depuis la Déclaration Balfour de 1917. Le collectif palestinien rappelle ainsi que la déclaration Balfour a « soutenu et enraciné la colonisation de
la Palestine. Elle a jeté les bases de la Nakba de 1948, du nettoyage ethnique de la majorité du peuple autochtone de la Palestine par le bras des milices sionistes relayées par les forces israéliennes pour établir une majorité juive
en Palestine. Du point de vue de ses victimes palestiniennes, cette funeste déclaration du gouvernement britannique,
publiée dans une arrogance typiquement coloniale et profondément ancrée dans le racisme à l’égard des populations non-européennes, a constitué une déclaration de guerre contre notre peuple. Elle a facilité et tenté de légitimer l’établissement d’un « foyer national » juif en Palestine, dépouillant les Palestiniens de leurs droits nationaux et politiques et donnant naissance, finalement, à un État colonial de peuplement et d’apartheid israélien qui privilégie les droits de colons juifs majoritairement européens sur les droits de la majorité palestinienne indigène »
[1].

La référence historique de BDS n’est donc pas la colonisation israélienne apparue en Cisjordanie après la guerre des Six jours (1967) mais la colonisation juive de la Palestine depuis la Déclaration Balfour (1917) comme cela est représenté par sa carte géographique officielle.

la carte officielle de la Palestine pour BDS

Les effets induits de ce recadrage historique 

Le « recadrage » historique de la colonisation judéo-israélienne permet d’expliquer le positionnement particulier du collectif palestinien sur Israël et le sionisme. BDS décrit dans toute sa communication l’Etat d’Israël comme un Etat colonial c’est-à-dire comme une création fictive des puissances occidentales qui auraient importés « leurs » juifs (principalement européens et américains) dans la région pour y maintenir leur domination économique, culturelle et politique. BDS ne considère donc pas le sionisme comme un mouvement de libération nationale du peuple juif mais le décrit comme une entreprise coloniale criminelle. En résumé, pour BDS la présence juive sur une partie du territoire de la Palestine historique n’est pas légitime.

BDS est-il un partenaire de la Paix?

On comprend maintenant nettement mieux ce que veut dire BDS lorsqu’il revendique dans sa charte « la fin de tous les territoires arabes occupés ».  La fin de l’occupation et de la colonisation de l’ensemble des territoires arabes réclamée par BDS va à l’encontre de la position officielle de l’Autorité Palestinienne, seul représentant légitime du peuple palestinien, puisqu’elle ne vise pas uniquement des territoires palestiniens occupées par Israël depuis 1967 (Cisjordanie et bande de Gaza qui peut également comprendre un échange mineur de territoire comparable et mutuellement accepté dans le cadre d’un accord de paix) mais comprend l’ensemble des territoires arabes actuellement contrôlés par les sionistes, y compris le plateau du Golan (territoire revendiqué par la Syrie), Haïfa et Tel-Aviv, c’est-à-dire l’entièreté du territoire actuellement sous contrôle ou sous souveraineté israélienne.

Avec une revendication comme celle-là, le collectif palestinien se place clairement en dehors du cadre du droit international alors qu’il affirme le contraire. Il est d’ailleurs peu probable qu’il puisse convaincre une majorité d’Israéliens qu’il est un partenaire de la Paix, ce qui devrait réjouir Netanyahou et les partis politiques au pouvoir aujourd’hui en Israël. Au détriment du peuple palestinien que BDS prétend pourtant représenter.


[1] Communiqué
du B.N.C. du 02/11/2017